Quand le festival de la BD d’Angoulême s’invite chez nous bis

Comme je vous l’ai dit précédemment, j’ai eu l’occasion de pouvoir faire la critique de deux bd présente dans la sélection officielle du Festival de la bande dessinée d’Angoulême.
Vous trouverez ici le billet sur la critique de Le Nao de Brown.

Je vais maintenant vous présenter 23 prostituées de Chester Brown.

23prostituées_couvertureVoici le résumé :

Au terme de sa rupture avec Sook-Yin Lee, chester Brown décide qu’il ne veut plus de petite amie. Trois ans d’abstinence plus tard, il décide de sauter le pas et de fréquenter les prostituées.
Ce livre évoque chacune des vingt-trois filles (vingt-quatre en réalité) avec lesquelles l’auteur a eu des relations sexuelles tarifées entre 1999 et 2010. Souvent drôle, toujours lucide, ce journal de bord d’un micheton offre un tableau saisissant de la prostitution contemporaine, que le talent de son auteur exempte de tout voyeurisme ou sensationnalisme.

Loin de lire un livre interdit au moins de 18 ans même si certaines cases montrent les positions pratiquées, ce livre parle finalement du besoin d’un homme de l’amour physique et charnelle.
Le protagoniste ne veut plus d’une relation sentimentale et se rend même compte que quand le sentiment se mêle il se sent « vide » après un rendez-vous.

Cette bande dessinée est finalement plus une critique sur les relations de couple et sur la légalisation de la prostitution que sur le plaisir charnel lui même.D’ailleurs, il ne parle pas vraiment du plaisir qu’il a. Au fur et à mesure de l’histoire, il se met même à mettre des commentaires sur les filles et les choisies via un site avec des commentaires d’autres clients.

Jai bien aimé cette bande dessinée du fait de sa simplicité dans le dessin. En effet, les cases sont en noire et blanc et sans fioriture. Pour être le plus objectif possible l’auteur s’est dessiné sans expression dans le visage. Ce qui correspond bien au thème de la bd : voir la prostitution de la façon la plus objective possible sans rajout de mépris, de dégoût ou tout simplement de religion.

23prostituées_intérieurCette bd permet de réfléchir sur la nécessité ou non de remettre en place les maisons closes, la protection des prostituées. La vision des choses est tout de même différente que celle qu’on pourrait avoir étant donné que tout se passe à Toronto au Canada.
Les lois concernant la prostitution ne sont pas les mêmes qu’en France voire beaucoup plus souple.

Je donnerai une note de 18 sur 20 à cette bande dessinée car en plus de divertir elle fait réfléchir. On voit le point de vue de l’auteur mais aussi des différents acteurs de la bd qui, quand on lit, ressemblent beaucoup à ce qu’on pourrait entendre dans notre entourage.

Finalement quelle serait notre réaction si une proche nous annonçait qu’elle était une prostituée ou une escort girl ? Baisserait-elle dans notre estime ? ou tout simplement se dirait-on que c’est un métier comme un autre car elle fait ça parce qu’elle aime ?

Je vous laisse réfléchir !

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Pierrot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s