Cette peur…

Il y a une semaine et demie, j’ai eu la plus belle peur de ma vie de maman de 5 ans d’ancienneté.

Le samedi 6 avril 2013 à 16h je suis partie aux urgences pédiatriques.

Ce n’était pas la première fois. J’y suis déjà allée pour Noel en général pour les deux Minis. Mais là …

Pierrot avait du mal à respirer, il sifflait et pleurait en disant qu’il avait mal et bobo. Mais il n’arrivait pas à dire où.

J’ai donc emmené mon fils aux urgences pédiatrique au Pôle enfant. La dernière fois que je suis entrée par cette porte c’était pour accoucher de lui.

Il pleurait sans cesse.

En arrivant, l’aide soignante a voulu prendre sa tension pendant que je donnais mes papiers. Elle a regardé l’infirmière. Elles se regarder et ont regardé mon fils. L’aide soignante sans prévenir a pris mon fils dans ses bras et m’a demandé de la suivre. L’infirmière m’a suivie.

Et on a filé vers une salle.

La salle.

Cette salle au nom qui m’a d’un seul coup fait sentir faible et impuissante.

En l’espace de 5 secondes, cette salle est devenue mon cauchemar et elle s’est remplie de 5 internes. On me posait des questions, je n’arrivait même pas y répondre. Le trou noir. Je ne me souvenais plus de ce qu’il avait manger à midi ni la veille. Je savais juste qu’il avait mal et pleurait.

Mon fils pleurait, me réclamait et je ne pouvais pas le prendre ni le soulager.

Cette salle avait pour nom « Urgences vitales ».

Il s’avère que mon fils en arrivant à fait de la sous tension (ou alors elle n’a pas réussi à prendre correctement la tension parce qu’il ne se laissait pas faire) voilà l’explication de l’urgence vitale.
Ils pensaient qu’il avait avalé quelque chose et que c’était resté bloqué dans le poumon gauche car Pierrot luttait à l’inspiration et à l’expiration. On a dû lui faire des radios pour vérifier. Je vous assure que c’est impressionnant et j’espère ne plus le revivre avant longtemps.

Finalement rien d’avalé, un dose de ventoline par nébullisation et Pierrot chante comme jamais. Mais une heure plus tard, il resiffle. Du coup, renébullisation et on nous garde pour la nuit avec ventoline toutes les 4 heures.

C’est la première fois que je suis restée à l’hopital sans que ce soit pour moi ou pour un de mes accouchements.

Comme finalement mon fils est en pleine forme (si si je vous jure …), je pensais que je m’en serai remise.

Mais ce n’est pas le cas. Cela m’a touchée beaucoup plus que je ne le pensais.

C’est donc une des raisons pour lesquelles je vais mettre ce blog en pause.

Le temps de me remettre et de chouchouter mes enfants et surtout de profiter de leur plein de vie (même si je suis sur les rotules).

Je ne sais pas pour combien temps, je ne sais pas si je reviendrai.

Je ne le ferme pas sur les conseils de mes fans sur FB mais je risque d’être un peu beaucoup absente.

Voilà je préférai vous expliquer le pourquoi du comment.

Quand le festival de la BD d’Angoulême s’invite chez nous bis

Comme je vous l’ai dit précédemment, j’ai eu l’occasion de pouvoir faire la critique de deux bd présente dans la sélection officielle du Festival de la bande dessinée d’Angoulême.
Vous trouverez ici le billet sur la critique de Le Nao de Brown.

Je vais maintenant vous présenter 23 prostituées de Chester Brown.

23prostituées_couvertureVoici le résumé :

Au terme de sa rupture avec Sook-Yin Lee, chester Brown décide qu’il ne veut plus de petite amie. Trois ans d’abstinence plus tard, il décide de sauter le pas et de fréquenter les prostituées.
Ce livre évoque chacune des vingt-trois filles (vingt-quatre en réalité) avec lesquelles l’auteur a eu des relations sexuelles tarifées entre 1999 et 2010. Souvent drôle, toujours lucide, ce journal de bord d’un micheton offre un tableau saisissant de la prostitution contemporaine, que le talent de son auteur exempte de tout voyeurisme ou sensationnalisme.

Loin de lire un livre interdit au moins de 18 ans même si certaines cases montrent les positions pratiquées, ce livre parle finalement du besoin d’un homme de l’amour physique et charnelle.
Le protagoniste ne veut plus d’une relation sentimentale et se rend même compte que quand le sentiment se mêle il se sent « vide » après un rendez-vous.

Cette bande dessinée est finalement plus une critique sur les relations de couple et sur la légalisation de la prostitution que sur le plaisir charnel lui même.D’ailleurs, il ne parle pas vraiment du plaisir qu’il a. Au fur et à mesure de l’histoire, il se met même à mettre des commentaires sur les filles et les choisies via un site avec des commentaires d’autres clients.

Jai bien aimé cette bande dessinée du fait de sa simplicité dans le dessin. En effet, les cases sont en noire et blanc et sans fioriture. Pour être le plus objectif possible l’auteur s’est dessiné sans expression dans le visage. Ce qui correspond bien au thème de la bd : voir la prostitution de la façon la plus objective possible sans rajout de mépris, de dégoût ou tout simplement de religion.

23prostituées_intérieurCette bd permet de réfléchir sur la nécessité ou non de remettre en place les maisons closes, la protection des prostituées. La vision des choses est tout de même différente que celle qu’on pourrait avoir étant donné que tout se passe à Toronto au Canada.
Les lois concernant la prostitution ne sont pas les mêmes qu’en France voire beaucoup plus souple.

Je donnerai une note de 18 sur 20 à cette bande dessinée car en plus de divertir elle fait réfléchir. On voit le point de vue de l’auteur mais aussi des différents acteurs de la bd qui, quand on lit, ressemblent beaucoup à ce qu’on pourrait entendre dans notre entourage.

Finalement quelle serait notre réaction si une proche nous annonçait qu’elle était une prostituée ou une escort girl ? Baisserait-elle dans notre estime ? ou tout simplement se dirait-on que c’est un métier comme un autre car elle fait ça parce qu’elle aime ?

Je vous laisse réfléchir !

Je ne sais plus quoi faire

Bon tout d’abord je précise que ce billet n’est plus vraiment d’actualité car depuis vendredi tout a changé. Mais j’avais besoin d’en parler car cela avait affecté mon humeur, ma tolérance et tout ce qui va avec !

Il y un peu plus d’un mois, Juju est parti en séminaire pour le travail à faire du ski mais chut il bosse.
La semaine s’est super bien passée pour moi seule avec les Minis. Ils étaient sage, rieurs, câlineurs… Le paradis sur terre. Bien sur il y a eu des frustrations, des pleurs … Mes enfants ne sont pas parfaits non plus !

Et puis le vendredi soir après avoir récupéré les Minis, on est rentré tranquillement à la maison en papotant dans la voiture.
Et là le changement a été radical.

Une tornade est entrée dans notre appartement. On n’a rien vu venir. On n’a pas compris.

D’un seul coup, Pierrot n’a plus voulu de moi. Il m’a rejeté, me poussait quand je voulais le prendre dans les bras et trépignait.
Quand j’étais dans la même pièce que lui, il me surveillait pour voir si je l’approchait de lui et pleurait si c’était le cas.

Par contre, avec son père, il demandait les bras en permanence. Tout le temps… Il n’y en avait que pour lui.

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas jalouse loin de la. Je ne comprenais pas ce que j’avais bien pu lui faire. J’ai d’abord mis ça sur le compte de la séparation avec son papa, le déplacement de trop. Après je me suis demandée ce que j’avais bien pu lui faire. Et puis jais essayé de rationnaliser les choses : mon enfant ne peut pas me détester alors que deux jours plus tôt c’était câlin et papouilles ….

Le fait perturbant, c’est que dès qu’il comprenait que son papa n’était pas là, il redevenait le petit garçon rieur et joueur comme avant…

De plus entre temps il a eu deux semaines de maladie bien embêtante et il ne réclamait que papa…

J’avoue qu’au bout d’un moment, cela devenait pesant pour moi. J’avais pris le parti de respecter son choix même si ça me faisait mal de ne pas pouvoir le prendre ou lui faire des bisous.
Le pédiatre nous a dit que c’était juste pour nous embêter et que c’était une phase normale pour son âge. Je n’ai su que penser…

Et comme c’est venu, vendredi matin, alors que la veille il m’avait encore rejeter, je suis allée le voir comme tous les matins dans sa chambre après que son père l’aie sorti de son lit.
Et là, j’ai eu un sourire et un rire.

Depuis ce matin, si récent dans le temps, après un mois de difficulté, mon fils est redevenu lui même : une tête de mule certes, mais rieur, câlin et perroquet. Et surtout, il demande sa maman comme il demande son papa.

À la maison, tout est devenu plus facile, plus calme, on joue mais surtout on profite car on ne sait pas combien de temps ça va durer !

Il y a quand même eu un point positif dans cette histoire : Juju a du se mettre au portage avec l’Ergobaby vu la demande de Pierrot d’être porté !!

Et maintenant j’ai le droit à des tetai maman !

Encore une mise à jour

Non non, je ne vais pas te parler de la dernière mise à jour de Windows et sa énième version (ah non juste la 8ème) !

Voilà aujourd’hui, je fais encore une mise à jour sur mon état civil : je passe à la version 3.0

Alors que des amies ont mal vécu cette MAJ, ma soeur qui nous fait limite une dépression de la version 2.5.
Moi ça va j’ai bien tout encaisser, pas de bug, pas de problème d’affichage rien de tout cela. (enfin à l’heure où je t’écris ce billet je suis toujours en version 2.9).
Du coup, comme à chaque zéro, je me fais une petite rétrospective.

Je suis sortie sur le marché en 1983.

Je fais partie de la génération des booms technologiques.

J’ai commencé ma drogue de la télé avec Bibi phoque avec Dorothée sur Antenne 2.

J’écoutais mon 33 tours de Anne et aujourd’hui je connais encore la chanson de la Petite Sirène par coeur !!

J’ai découvert les mangas avec Dragon Ball (sans Z et cie) avec Dorothée et je surkiffai les Chevaliers du Zodiaque.

A l’école, je jouais à l’élastique, au loup, je lisais tout le temps. Je me cachais sous le tamaris de mes parents pour lire ou dans le grenier pour que mes soeurs me laissent tranquille. Je relisais les mêmes livres toujours et encore car le budget livre à la maison était serré.

J’avais de l’argent de poche : 50 francs par mois avec lequel je m’offrais une bd d’Astérix. Je voulais avoir la collection complète.

Au collège, je jouais aux pogs, on se lançait des Ta mère tout le temps. C’était encore l’époque des smacks et non des 06.

J’allais dans des cabines téléphoniques à pièces puis à carte pour appeler ma maman pour me chercher. Et elle n’avait pas de gps d’enfant pour savoir où j’étais. Elle me faisait confiance. Et elle pouvait encore faire confiance au monde environnant.

On écoutait les boys bands… enfin les potes écoutaient ça. Moi je restais sur U2, Renaud, Téléphone …

Je regardais les films sur VHS et on bidouillait les K7 achetées pour enregistrer dessus. J’avais mon baladeur auto-reverse  On avait une platine de salon avec les CD énormes pour lire les films (ça n’a pas duré longtemps) et je rembobinais mes K7 audio avec un crayon de papiers.

Je n’avais pas le droit de regarder la télé le mercredi matin (pendant les devoirs). Alors je l’éteignais une heure avant que mes parents rentrent. Et oui c’était des télés cathodiques, et il leur fallait du temps pour qu’elles refroidissent.
On avait un magnétoscope à touche manuelle comme pour les lecteurs K7 et ça a été la révolution quand on a changé pour un qui avait le showview !!! (ma mère devenait dingue avec toutes les télécommandes :p ).

Je n’ai pas fait de bêtise ni de crise d’adolescence. D’ailleurs je charrie souvent ma mère comme quoi je devrai me rattraper pour mes trente ans.

A 19 ans, j’ai enfin rencontré un homme (mouais à 25 ans on va dire que c’est un homme 🙂 ) qui m’a aimé pour ce que je suis et avec mes rondeurs. Je n’étais ni sa meilleure amie ni sa soeur. Je ne savais pas à l’époque que ce serait l’homme de ma vie et le père de mes enfants.

Ses 10 dernières années, j’ai eu mon DUT, j’ai trouvé du travail.
Je me suis mariée et un an plus tard, une Gonzesse pointait le bout de son nez.
J’ai du déménager et quitter mes racines. Cela va faire trois ans cette année. Je pense aujourd’hui que c’est la pire période de cette ère. Je cherche par tous les moyens de retrouver mes racines, ma famille et mes amis.

J’ai découvert le monde des blogs d’abord de bd avec Laurel et Maliki et ensuite des mamans en premier avec Le Vaisseau Spatial de Dark Maman et ensuite Le Monde de Mère Geek. D’ailleurs grâce (à cause) de cette dernière, j’ai ouvert le mien.

Juste avant ça, un Pierrot avait décidé de venir découvrir notre planète.

Durant un de congé parental et de blog, j’ai rencontré des gens supers, découvert le portage. Je continue d’écrire sur ce blog, à un rythme peu soutenu juste quand l’envie et l’inspiration me prend.

Aujourd’hui, je suis en mode 3.0 et je suis contente.

18 mois

Non je ne vais pas te parler des progrès de Pierrot.

Il suit l’évolution normale que tout le monde connaît chez un enfant.

Ce soir, je suis seule avec mes enfants et je me suis rendue compte d’une chose qui ne m’avait pas frappé jusqu’alors.

Je suis rentrée à 18h. Je savais qu’il restait de la tartiflette. Du coup, j’ai fais chauffer pour les Minis.

Jusque là rien d’anormal, tu me diras.

Pierrot mange tout seul à table, pendant ce temps là je m’occupe de Gonzesse.

Et puis le repas se termine dans le calme. Déjà là tu vois le truc louche non ?

Je pose Pierrot par terre et Gonzesse qui me demande si elle a encore le temps de jouer avant de se coucher. Je lui ai répondis que oui, sans problème.

Et là je l’entends dire à son frère « allez viens Pierrot ! » et ils se sont mis à courir autour de la table, partout dans le salon/cuisine avec des éclats de rire et des cris à te percer les tympans.

Pendant ce temps, là j’ai sortit mes légumes (oui je sais ma vie est passionnante) parce que je suis seule jusqu’à vendredi aprem. J’ai donc voulu prendre de l’avance et faire de la soupe pour les soirs. Plus rapide et un des rares plats où je ne me bats avec Gonzesse.

Et là paf ! Pastèque !

art-sculpture-pasteque-16

Non je déconne !

Je lève la tête, regarde mes enfants. Je sens mon fils courir et s’agripper à mes jambes pour échapper à sa soeur et repartir de plus belle.

Et ça a été la révélation ! J’ai attendu 18 mois pour voir ça et me sentir bien. Je me suis sentie bien parce que j’étais entourée des rires de mes deux enfants jouant ensemble et moi pouvant faire autre chose.

Pour une fois, je n’étais pas là à dire à Pierrot d’attendre parce que je ne pouvais pas le prendre dans les bras parce qu’il chouinait de fatigue.

Et ma fille qui était géniale, cherchant un mouchoir pour essuyer le nez de son frère, de le rappeler à l’ordre pour ne pas qu’il se mette debout sur le canapé. Une vraie grande soeur qui prend son rôle à coeur.

18 mois et la vie est enfin devenue un plus facile avec mes enfants grâce à l’autonomie de Pierrot.

18 mois pour qu’ils jouent enfin ensemble et que je vois une complicité naître entre eux.

18 mois pour que Pierrot se mette à sourire devant la photo de sa soeur.

Et chose qui n’est pas négligeable, Pierrot a retrouvé sa maman qu’il avait un peu beaucoup délaissé au profit de papa.

4 mois pour qu’il ne m’en veuille plus d’avoir repris le travail.

Alors ce soir, malgré le fait que je sois seule, je suis zen et j’ai la sensation d’avoir passé une bonne soirée et j’espère que le reste de la semaine continuera comme ça !

Bi lent et ré sol ut ions

Ouais j’ai fais un jeu de mots pourri pour essayer de t’induire en erreur …

Comment ça ? Tu n’es pas tombé dans le panneau ??? Bon tant pis, j’aurai essayé. Et comme dirait un célèbre philosophe « Qui ne tente rien n’a rien ! »

Il est de coutume de faire un bilan. On est le 31 décembre … alors je fais mon bilan.

Cette année n’a pas été la meilleure, si tu me suis depuis le début, tu le sais.

J’ai eu des désillusions mais j’ai eu des merveilles.

J’ai rencontré des personnes qui m’ont tourné le dos. Tant pis, je prends le temps qu’il faut et je passe à autre chose …

J’ai rencontré des personnes qui m’ont fait taper du pied quand j’étais au fond du gouffre (et c’est super récent).

Je me suis pris la tête avec ma soeur et dieu ça m’a fait du bien de lui dire ce que je pense. (Dieu que ça lui a donné une claque d’apprendre que je n’ai plus 14 ans).

Je ne crois toujours pas en Dieu. (en tout cas pas au principe du dieu unique, dis Zeus tu veux pas remettre un peu les choses en ordre au lieu de manger des Ferrero Rochers ?).

Certaines choses n’ont pas changé cette année alors que j’aurai aimé. C’est pas grave ce sera pour l’année prochaine et les suivantes si ça prend plus de temps.

J’ai pu être émerveillée par l’évolution de mon fils qui chante Papa Noël du haut de ses 17 mois (et qui en ce moment même fait une colère énorme pour avoir le droit de prendre la tablette de sa soeur …).

J’ai pu applaudir et être fière des progrès de ma fille notamment en lecture (oui connaître l’alphabet sans se tromper j’appelle ça de la lecture en moyenne section).

J’ai fait pleurer la maitresse de petite section de ma fille en pleurant devant elle quand je suis allée lui dire merci pour ce qu’elle a fait. Non je ne considère pas que c’est son travail. Je suis d’ailleurs admirative car 30 gamins … bah faut se les farcir …

J’ai passé un été avec des idées noires qui ne sont pas encore parties à ce jour.

Mais voilà une année se termine.

2012 est mort vive 2013 ! (et qu’on leur coupe la tête)

Alors en 2013, je vais prendre plein de Ré Sol Ut IONS ! Que je ne tiendrai pas sinon ce n’est pas drôle !

Tout d’abord, je me remets au sport dès que Juju est à la maison (MOUHAHAHAHAHAH).

Ensuite et ça va avec celle du dessus, je veux descendre d’une dizaine pour les kilos.

Par contre celle là, je veux la tenir : mettre un commentaire à tous les articles que je lis et donc moins travailler au travail (logique !)

Celle là aussi sera tenu : ne plus m’emmerder avec les gens qui ne méritent pas mon attention. Je n’appartiens à personne et je ne dois rien aux autres (enfin si à ma mère et mon père ). Ma vie m’appartient et j’en fais ce que je veux.

Je ne ferai pas ce que je n’aime pas sauf si ma vie ou la vie de ma famille en dépend (sauf en mars mais ça c’est autre chose et ce n’est pas encore sur)

Voilà tout ça pour vous dire :

 

Ne mangez pas les huîtres avec les coquilles !!! 

Ca sent le sapin … ah ben non !

Ma copine Flying-mama que j’adore a fait un appel aux sapins. (ici)

Je lui réponds avec plaisir !

Chez nous le sapin a été fait le 1er décembre. Normalement je ne le fais pas aussi tôt, je ne le fais que pour le 6 décembre à la Saint Nicolas.

Mais bon là, cela faisait déjà une semaine que Gonzesse nous demandait 15 fois par jour quand est-ce que nous allions faire le sapin de Noel car sinon le Père Noel ne savait pas où mettre les cadeaux !

L’année dernière, on avait investit dans un sapin artificiel pour raison économique et aussi un peu écologique. A moins d’avoir un poêle à bois ou une cheminée, un vrai sapin coupé juste pour Noel, moi personnellement ça m’énerve.

Ça coûte un bras, (sauf chez Ikea qui reverse 1 euros pour replanter des arbres dans les forêts (bah euh fallait pas les couper !) et du coup en profite pour nous faire encore consommer …), ça traîne dans le jardin ou sur les trottoirs … Personnellement quand on a vu l’état des forêts après le 26 décembre 1999 (et habitant à la campagne j’ai bien vu les dégâts , je ne comprends pas qu’on puisse encore couper des arbres jeunes juste pour y mettre des boules.

Après je ne dis pas, l’odeur l’ambiance n’est pas la même avec un artificiel. Après comme je dis c’est mon point de vue et il n’appartient qu’à moi !

Nous n’avons pas beaucoup de décoration car cela aussi coûte un bras (et bah voilà j’en ai plus je tape mon billet avec les pieds …. ).

Mais nous aimons ce que ça a donné. Pierrot a été en extase (après en avoir eu peur) et Gonzesse est surexcitée depuis !!! On y a mis le calendrier de l’Avent car sous ce sapin, il n’y aura pas de cadeau. Le Père Noel est prévenu, les cadeaux seront livrés en Alsace !

IMG_0657[1]

 

Je t’invite à aller chez Flying-Mama pour aller voir son sapin et celui des coupines blogueuses !