Je ne sais plus quoi faire

Bon tout d’abord je précise que ce billet n’est plus vraiment d’actualité car depuis vendredi tout a changé. Mais j’avais besoin d’en parler car cela avait affecté mon humeur, ma tolérance et tout ce qui va avec !

Il y un peu plus d’un mois, Juju est parti en séminaire pour le travail à faire du ski mais chut il bosse.
La semaine s’est super bien passée pour moi seule avec les Minis. Ils étaient sage, rieurs, câlineurs… Le paradis sur terre. Bien sur il y a eu des frustrations, des pleurs … Mes enfants ne sont pas parfaits non plus !

Et puis le vendredi soir après avoir récupéré les Minis, on est rentré tranquillement à la maison en papotant dans la voiture.
Et là le changement a été radical.

Une tornade est entrée dans notre appartement. On n’a rien vu venir. On n’a pas compris.

D’un seul coup, Pierrot n’a plus voulu de moi. Il m’a rejeté, me poussait quand je voulais le prendre dans les bras et trépignait.
Quand j’étais dans la même pièce que lui, il me surveillait pour voir si je l’approchait de lui et pleurait si c’était le cas.

Par contre, avec son père, il demandait les bras en permanence. Tout le temps… Il n’y en avait que pour lui.

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas jalouse loin de la. Je ne comprenais pas ce que j’avais bien pu lui faire. J’ai d’abord mis ça sur le compte de la séparation avec son papa, le déplacement de trop. Après je me suis demandée ce que j’avais bien pu lui faire. Et puis jais essayé de rationnaliser les choses : mon enfant ne peut pas me détester alors que deux jours plus tôt c’était câlin et papouilles ….

Le fait perturbant, c’est que dès qu’il comprenait que son papa n’était pas là, il redevenait le petit garçon rieur et joueur comme avant…

De plus entre temps il a eu deux semaines de maladie bien embêtante et il ne réclamait que papa…

J’avoue qu’au bout d’un moment, cela devenait pesant pour moi. J’avais pris le parti de respecter son choix même si ça me faisait mal de ne pas pouvoir le prendre ou lui faire des bisous.
Le pédiatre nous a dit que c’était juste pour nous embêter et que c’était une phase normale pour son âge. Je n’ai su que penser…

Et comme c’est venu, vendredi matin, alors que la veille il m’avait encore rejeter, je suis allée le voir comme tous les matins dans sa chambre après que son père l’aie sorti de son lit.
Et là, j’ai eu un sourire et un rire.

Depuis ce matin, si récent dans le temps, après un mois de difficulté, mon fils est redevenu lui même : une tête de mule certes, mais rieur, câlin et perroquet. Et surtout, il demande sa maman comme il demande son papa.

À la maison, tout est devenu plus facile, plus calme, on joue mais surtout on profite car on ne sait pas combien de temps ça va durer !

Il y a quand même eu un point positif dans cette histoire : Juju a du se mettre au portage avec l’Ergobaby vu la demande de Pierrot d’être porté !!

Et maintenant j’ai le droit à des tetai maman !